La charge mentale

Ouvrons le dictionnaire.

Charge :

  • Fardeau, poids, porté ou transporté par un animal, quelqu’un, un véhicule.
  • Ce qui pèse sur quelqu’un, un groupe, qui entraîne des responsabilités (morales, financières, etc)
  • Rôle, mission, choses ou personnes dont on a la responsabilité.
  • Toute fonction considérée sur le plan des responsabilités qui s’y attachent.

Mentale :

  • Relatif aux fonctions intellectuelles, au psychisme.
  • Qui se passe exclusivement dans l’esprit, intérieurement, sans s’exprimer ou se manifester extérieurement.

photo d’entête trouvé ici

La charge mentale, c’est quoi?

C’est un peu l’expression à la mode pour parler du poids des responsabilités et du stress que cela engendre essentiellement chez les femmes.

Pour la chercheuse québécoise Nicole Brais de l’université de Laval au Canada, il s’agit du « travail constant et incontournable de gestion, d’organisation et de planification de la bonne marche de la maison et qui a pour objectif la satisfaction des besoins de chacun ».

Tout est venu d’une publication de l’illustratrice et blogueuse Emma et son article Fallait demander qui nous parle de la répartition des tâches homme/femme. Elle y définit la charge mentale comme le fait de « devoir toujours y penser ». L’homme dans le couple voyant sa femme que le chef de projet qui a la charge de tout planifier à la maison.

charge mentale.png

Les femmes sont des Shiva avec des multiples bras qui doivent tour à tour s’occuper du ménage/ des enfants/ de l’administration/ la logistique. Bref de multiples tâches qui l’épuisent mentalement et qui peuvent aboutir à un burn-out et même engendrer des tensions au sein du couple (qui peuvent à terme le détruire.)

Ma charge mentale

super mom

image

Aperçu du joyeux vacarme dans ma tête

rédigé début Août
Trajet Troyes/ Dijon pour déposer Gabriel chez ses grands-parents :

Je regarde les pieds de Gabriel : il faut que je lui achète d’autres paires de chaussettes courtes car il n’a qu’une paire. C’est quand même plus propre avec ses baskets. Il faut que je profite qu’il ne soit pas là pour prendre rendez-vous chez le médecin pour le bilan des 5 mois d’Aurore car elle a encore un vaccin à faire. J’espère que la sage femme pourra me remettre un rendez-vous cette semaine aussi mais je vais le caser où… Il faut que je trouve comment fermer le trou à côté de la baignoire car Next (mon mâle Bengal que j’ai en co-propriété) va faire pipi dedans. Mince c’est en combien de temps la livraison de l’enclos pour les chats? J’espère qu’on aura vraiment la clôture cette semaine sinon je ne pourrais pas le monter… tiens je vais profiter du trajet pour remplir le panier du drive on n’a plus de pastilles pour le lave vaisselle et il est plein. Je n’ai plus de lessive non plus… Il faut que je regarde si j’ai assez de croquettes pour les chats comme on en aura 3 en plus. Mince j’ai oublié mon colis Vinted… Max ira demain.

Et là

Oh mince ! J’ai oublié les doudous de Gabriel !

En sachant que j’ai fait le sac de Gabriel en rentrant hier soir. Retour de chez ma mère où il a passé plus d’une semaine donc vider le sac, refaire le sac, mettre deux lessives en route. Rajouter ce que mon père m’a demandé : crème solaire et doliprane.

Ce matin, je me suis occupée du chien, du linge, d’Aurore, des comptes. J’ai à peine eu le temps de prendre une douche… Et maintenant, je suis la seule à culpabiliser parce qu’on est au milieu de la route, Gabriel part pour minimum une semaine et il n’a pas ses doudous. Il me dit qu’il n’en a besoin qu’un petit peu donc que ça va aller mais je vois bien à son regard qu’il est triste. Il y a tellement de choses qui tournent dans ma tête que je dois me faire des listes partout : ne pas oublier de payer telle facture/ racheter une pastèque pour Aurore car on a perdu la sienne/ commander les places pour emmener Gabriel à Disney en septembre/ faire les papiers à la caf pour le congé parental à mi-temps… Je pense que ce qui me fatigue le plus, ce ne sont pas les réveils nocturnes d’Aurore ou le fait qu’elle dorme très peu la journée… Non c’est tout ce poids de ma charge mentale que je porte sur les épaules… Et vous savez quoi? J’ai oublié de mettre mes draps à laver avant de partir donc on va encore dormir dans un lit qui pue la sueur.

« Chéri, à quoi tu penses? Rien. Je suis fatigué. »

Qu’est-ce que j’aimerais penser à rien comme toi…

Comment guérir du syndrome de Rosita

Pour éviter le burn-out et diminuer les tensions dans mon couple liées à mon stress permanent, j’ai décidé de m’offrir Se libérer de la charge mentale de Laurence Bourgeois où elle compare la femme à Rosita, la maman cochon de tous en scène qui élève ses multiples petits cochons en rêvant secrètement de sortir de sa routine quotidienne pour devenir chanteuse. Dans ce livre, elle nous promet de guérir de ce syndrome en une semaine où chaque jour, elle nous demande de faire quelques exercices :

Lundi

  • prendre conscience de son état (un peu comme je l’ai fait juste avant)
  • prendre soin de soi : se programmer des moments à soi où on prend soin de son corps
  • ne plus parler au conditionnel
  • éviter de faire plusieurs choses à la fois
  • multiplier les petites sources de plaisir et essayer d’en trouver partout
  • simplifiez vous la vie au maximum
  • éviter de se perdre dans les détails qui ne vont pas

Mardi

  • considérer le temps pour soi comme une nécessité
  • s’offrir ce qu’on est capable d’offrir aux autres
  • baisser la barre de vos exigences
  • n’attendre jamais quelque chose qui ne dépend pas de nous aux risques d’être déçue
  • apprendre à dire non

Mercredi

  • se contenter de l’acceptable car la perfection n’existe pas
  • mieux vaut s’accepter imparfaite que de ne pas s’accepter du tout, ou faire semblant d’être un autre que soi
  • déléguer
  • se concentrer sur le résultat pas sur le moyen : il n’y a pas qu’une seule bonne façon de faire les choses.
  • Demander

Jeudi

  • anticiper
  • ne garder que l’essentiel
  • cultiver son talent
  • être fière de ses atouts

Vendredi

  • se récompenser
  • être plus indulgent avec soi-même
  • se répéter souvent « quelle chance nous avons »

Mise en pratique

Le maitre mot de ma thérapie : le lâcher prise !

La psychiatre Aurélia Schneider a dit dans un article que vous pouvez retrouver ici :

il faut gagner en estime de soi, se faire des compliments sur tout ce qu’on a fait dans la journée et le faire valoir aux autres (à son homme notamment). Arrêter de se comparer aux autres est aussi indispensable si on a cette mauvaise habitude : d’une part, on ne sait jamais ce qui se passe vraiment chez les autres une fois la porte fermée ; d’autre part, cela n’a aucun intérêt et n’apporte rien de bon. Se détacher de la perfection et de la culpabilité est un passage obligé pour se sentir mieux dans sa vie.

J’ai commencé avec mon anniversaire. On aimerait toute faire une table instagramable au possible. Que les gens disent « waw » en passant la porte. Oui sauf qu’on était fauché donc on a fait avec les moyens du bord. Nous avons réutilisé des ballons. Nous n’avions pas tous la même forme d’assiette mais nous étions ensemble et on s’est très bien amusé ! Je n’ai pas pris un temps incertain à faire un magnifique gâteau (que j’aurais loupé), je suis allée l’acheter chez un pâtissier. Et alors? On ne m’en a pas voulu pour ça.

Quand on se remet en question, on se rend vite compte qu’on se fait une montagne de pas grand chose et surtout que tout est une histoire de paraitre. L’utilisation du mot « instagramable » n’est pas anodin. Car la plateforme instagram est bien le lieu du paraitre où l’on voit des maisons magnifiques toujours bien rangées, bien décorées. Des enfants sages, avec des tenues soignées réfléchies avec goût. Oui sauf que sur les réseaux sociaux, on montre ce qu’on veut bien nous faire voir. Comme quand je poste une photo de mon salon en cadrant bien pour qu’on ne voit pas les bornes de Maxence à côté. On pourrait croire que mon salon est toujours nickel mais enfaite non. Mon fils passe son temps à faire des cabanes avec les coussins du canapé et les plaids. Aurore joue la plupart du temps dans le salon et sème ses jouets partout. Mon chien met des traces de pattes partout dès qu’il rentre de sa balade dans le jardin. Mais ça ferait tâche sur mon fils bien lisse que je vous montre ça. Alors moi, j’ai pris le parti de vous le montrer en story.

Il faut aussi savoir se détacher du regard des autres et ça c’est très compliqué (en tout cas pour moi). J’ai tout le temps peur d’être jugé : sur la propreté de ma maison vu qu’on a beaucoup d’animaux, sur l’éducation de mes enfants vu que je suis prof, etc. C’est compliqué. La première chose que j’ai pensé quand j’ai vu que je n’avais pas pris les doudous de Gabriel c’est « mon père va se dire quelle mère indigne elle oublie les doudous de son fils ! » et pourtant il n’a rien dit. Il a réconforté Gabriel en lui disant que si il aurait besoin ils iraient ensemble lui acheter une peluche. Il n’en a pas eu besoin au final. Je me suis fait tout un monde pour rien du tout. Alors je travaille encore dessus mais ce n’est pas encore gagné.

J’apprends à prendre des moments pour moi. Et surtout, je réapprend de demander à mon homme de m’aider et si ça l’embête et bien tant pis. Je ne culpabilise plus. C’est sa maison et sa famille aussi après tout.

☆ Concours ☆

Je vais vous permettre à vous aussi de vous libérer de votre charge mentale et de guérir du syndrome de Rosita en vous offrant la possibilité de gagner le livre de Laurence Bourgeois qui j’espère vous aidera autant qu’il m’a aidé. Je vous préparerai aussi un petit coffret bien-être spécialement pour vous (car je ne vais pas vous envoyer des sucres de bain si vous n’avez pas de baignoire…)

Pour participer

  • Écrire un commentaire sur votre charge mentale en me laissant votre adresse mail.
  • Vous pouvez doubler vos chances car il y en a également un à gagner sur mon compte instagram
  • Clôture le 09/10/18 à 21h

Concours ouvert à la France, Suisse et Belgique

Bonne chance

Le bonheur est là pour celui qui sait ouvrir les yeux et la charge mentale est comme des œillères qui nous empêchent de voir le positif de notre vie. Arrêtons nous 5 minutes. Ce n’est pas long 5 minutes. Oublions nos tâches ménagères, nos soucis et nos to do lists aussi longues que nos deux bras réunis. Arrêtons nous pour faire le point sur le positif de nos vies. Mes enfants sont en bonne santé. J’ai une jolie maison assez grande pour accueillir toute ma famille. J’ai un amoureux qui m’aime et qui me suit dans mes lubies. Ma fille me fait des grands sourires dès qu’elle me voit. Mon fils me dit « je t’aime maman » tous les soirs et mon homme me prend dans ses bras dès qu’il va se coucher. C’est ça le bonheur. La vie est belle. Il suffit de savoir ouvrir les yeux. De voir le verre à moitié plein et pas à moitié vide. Le bonheur n’est pas la destination, c’est le chemin. Non?

Et comme il faut se récompenser. Je suis très fière d’avoir terminée cet article donc je vais aller manger un bon carré de chocolat noire !

Vous en êtes où avec votre charge mentale?

Carpe Diem*

Publié par

Maman de Gabriel et Aurore, je partage mon quotidien et mes passions à travers mon blog.

9 commentaires sur « La charge mentale »

  1. Que je me retrouve dans tout se que tu dis! 😟
    Mentalement et physiquement je suis épuisée. J’ai tellement de chose à penser. Entre la maison à gérer, les lessives pour 5 dont 2 bébés qui se changent tout les jours 👕, les devoirs de Théo, les repas à préparer, les douches à donner, les courses à faire,…
    La semaine d’intégration à la crèche pour les jumeaux qui a commencé hier. Car je vais les mettre en crèche 2 demi journées par semaine pour justement me libérer un peut de temps.
    Donc oui tu vois tatiana je te comprends complètement.
    Bisous

    J'aime

  2. Merci pr cet article ! J’en suis au même point sur toi avec cette charge mentale, avec deux loulous de 1 et 4 ans et le boulot repris il y a 9 mois. La gestion le soir c’est chaud et de toujours penser à tout c’edt… Épuisant ! Le pire que j’ai fait c’est de faire les. Vaccins en retard à mon bébé car j’ai trop traîné pour prendre le rdv (et hop la machine se remet en route, en te parlant je suis en train de me dire qu il faut sur je prenne rdv pour les vaccins du mois prochain…) mais j’ai plusieurs éléments pour m’aider : mon conjoint a pris conscience de ce que je faisais au quotidien et on peut dire que maintenant les taches ménagères c’est 50 50.et ça c’est top ! Après une dépression suite à la naissance de mon aîné j’ai appris à savoir dire stop très rapidement, à me reposer quand je suis fatiguée, à réduire les sorties, à ne pas accepter tout et oser dire : non, je ne suis pas Capable, reconnaître mes limites. .. Exemple pendant un an j’ai refusé les sorties avec mes Collègues le soir car mon fils demandait trop d énergie, avait des couchers difficiles… Et maintenant ça y est un cap est passé il a eu un an et je commence à sortir la tête de l’eau… Par contre je garde les liste pr ne rien oublier, au boulot comme le perso… Et j’ai acheté un cookeo pour cuisiner très vite le. Soir et ne rien faire cramer pendant que les enfants prennent leur bain ! Voilà où j’en suis… Pas parfait mais j’y travail ! Je participe avec plaisir à ce concours, merci de ton implication ! @didouneprij sur insta 😉

    J'aime

    1. On nous demande toujours d etre des wondermamans… là je suis bloquée dans le canapé avec Aurore qui me dort dessus… du coup au lieu de me reposer, j ai fait mon drive… mais en meme temps je n ai plus rien pour le petit déjeuner 😦 mais pouvoir en parler fait déjà tellement de bien !

      J'aime

  3. La charge mentale, c’est un sujet qui a généré de grands débats (houleux) dans mon cercle d’amis quand je leur ai envoyé la BD d’Emma! C’était une révélation pour certains, et la négation pour d’autres. Et pour ceux qui découvrent ce « concept », mettre un mot sur quelque chose qu’on ressent, c’est déjà un premier pas pour essayer de s’en libérer. D’ailleurs, le sujet me tenant à coeur, moi aussi j’ai écrit un article qui traite de la charge mentale, mais plus particulièrement du partage des tâches domestiques (les deux sont complètement liés!): https://www.cuisinez-pour-bebe.fr/partage-des-taches-hommes-femmes/

    Pour ma part, même si une charge est toujours présente, j’ai appris à m’en libérer d’une grosse partie: le dialogue avec mon mari a été la première clé, et par chance il est très à l’écoute et impliqué. D’ailleurs, lui aussi à sa charge! Mais ma solution, c’est l’organisation. Par exemple, en cuisine, la pratique du batch cooking me permet de consacrer ma réflexion (et la réalisation) des repas à un période de temps courte et déterminée, pour ne plus avoir à y penser (ni à faire) le reste de la semaine! J’aimerais trouver ce genre de solution pour tous les domaines 😉

    Ce livre m’intéresse, alors je participe à ton concours!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s