Mon allaitement

Contrairement à Gabriel, j’ai décidé de tenter l’aventure lactée avec Aurore.

Pour Gabriel, l’allaitement n’était pas quelque chose qui allait de soi pour moi. Personne n’a allaité dans ma famille. C’était logique de donné le biberon. Et j’avoue j’en avais pas envie. Ça me faisait peur. Beaucoup de nouveautés d’un coup: les gestions d’un bébé tout neuf, la reprise du boulot, comment j’allais gérer le sevrage… bref je ne l’ai pas fait. Ça n’empêche pas Gabriel d’aller très bien. Nous avons une relation très fusionnelle tous les deux. Donc je ne dirais jamais de mal sur le non allaitement car c’est très bien aussi. Le tout c’est de nourrir son enfant et de le rendre heureux. Quand on est maman, on fait ce que l’on veut et surtout ce que l’on peut !

Pour Aurore, j’ai beaucoup moins de stresse. J’ai déjà géré un bébé. Je sais comment ça fonctionne. Je me sens prête pour tenter une nouvelle aventure. Je pense d’ailleurs que pour réussir un allaitement il faut se sentir prête psychologiquement. Le mental joue beaucoup. Lors de ma premier grossesse, ma poitrine ne s’est pas du tout préparée pour l’allaitement. Je n’ai eu qu’une toute petite montée de lait. Alors que pour la deuxième, j’ai très vite pris un bonnet de plus en soutien gorge.

Après l’accouchement, j’ai voulu qu’on me mette très vite ma fille au sein. La puéricultrice était ravie et je comptait beaucoup sur elle pour la position. Elle a été super gentille et Aurore a pris le sein correctement tout de suite. Elle est d’ailleurs restée au sein pendant tout le temps en salle naissance.

Remontée en chambre, je suivais bien les conseils : 20 minutes par sein. Bien faire les 2 à chaque fois. Et commencer par le sein avec lequel on a terminé. Jour 1 : elle a tété toute la journée. J’avais la poitrine en feu. Je commençais à avoir des crevasses. La nuit a été la plus horrible de ma vie. La douleur était insupportable. Je redoutais les tétées suivantes… Je me badigeonnais de crème en vain… Ma fille se met à pleurer au sein… Je ne comprends plus rien. J’appelle l’auxiliaire de nuit qui me propose un biberon pour voir si Aurore pleure de faim. Elle ne va boire que 5mL sur un biberon de 70… et encore je ne retire pas ce qu’elle a recraché sur le bavoir. Au matin, auxiliaire de jour (qui a fait le 1er bain d’Aurore la veille) entre dans la chambre pour le petit déjeuner… Je tombe en sanglot en lui expliquant que mes seins me faisaient beaucoup trop souffrir. Je me souviens même avoir pensé : j’ai eu un accouchement de rêve pourquoi je me suis embêtée à l allaiter… c’était beaucoup plus simple avec les biberons… Elle me rassure. On est J2 c’est le jour de la déprime pour toutes les mamans. J’annule toutes les visites et je reste torse nu pour aider ma poitrine à aller mieux. L’auxi m’aide avec sa collègue et la sage femme à trouver pourquoi j’ai mal. La position est bonne. Aurore met bien sa langue. Je prends une tisane d’allaitement car tout le monde me dit que ça ira mieux une fois que j’aurais eu la montée de lait. Elle arrive 30 minutes après la tisane… mais mon sein droit est beaucoup trop abîmé… L’auxi voit que j’ai des bouts de sein en silicone dans ma valise donc on tente avec ça. Miracle ! Ca va beaucoup mieux. C’est toujours douloureux mais très supportable. Je remercie énormément les filles de l’hôpital qui m’ont beaucoup aidé ainsi que Maeva et Sonia qui m’ont soutenu dans cette épreuve.

Je suis heureuse d’avoir perceverée car j’avoue le matin du J2 j’avais qu’une envie : tout arrêter !

Depuis tout se met tout doucement en place. J’utilise toujours les bouts de sein. Je mets des nacres sur ma poitrine pour l’aider à guerrir.

Aurore tète encore toutes les deux heures mais j’espere qu’avec le temps elle espacera un peu plus. Il y a des jours (et des nuits) où elle a besoin de téter non stop. Elle ne veut pas du tout de la tétine donc elle a besoin des seins pour se rassurer. Elle a hérité du coup du surnom de « la sangsue« . L’allaitement c’est très prenant en temps et en énergie. Une tétée chez nous c’est 20 à 30 minutes. J’ai tout le temps faim et je pourrais m’endormir sur certaines (d’ailleurs ça m’arrive la nuit…) Mais c’est quand même beaucoup de bonheur. J’adore quand elle me regarde avec ses grands yeux bleus quand elle tète. Elle m’attrape le t-shirt avec une main et me caresse le bas du dos avec l’autre. Je lui caresse les cheveux et les joues. C’est nos moments à nous.

Alors oui : je suis fatiguée. J’ai appris à manger avec une seule main. A jouer à des jeux de société. À plastifier des activités. A raconter l’histoire du soir. J’arrive tout de même à m’occuper de mon fils avec ma sangsue accrochée au téton. D’ailleurs je viens d’écrire cette article avec elle sur le sein.

Ce n’est pas une aventure sans douleur mais ça reste une très belle aventure. Il suffit de se faire confiance et de faire confiance à son bébé. De ne pas trop se prendre la tête car on idéalise trop les allaitements que l’on voit sur les RS mais il ne faut jamais oublier qu’on nous montre ce qu’on a bien envie de nous montrer. Il faut également bien s’entourer de mamans allaitantes qui seront une oreille attentive et qui vous conseilleront du mieux qu’elles peuvent. Il existe des associations également qui peuvent être très utiles ! Il ne faut surtout pas rester seule dans son mal être. Il faut en parler avec les professionnels qui sont là aussi pour nous aider.

20180307_152713.jpg

Les indispensables pour mon allaitement (qui n’est pas le même pour tous)

crème Lanolin

bouts de sein

coussinets d’allaitement

nacre d’allaitement

soutien gorge d’allaitement

Carpe Diem*

Publié par

Maman de Gabriel et Aurore, je partage mon quotidien et mes passions à travers mon blog.

6 commentaires sur « Mon allaitement »

  1. Quel bonheur l’allaitement ! Le début de l’allaitement on été douloureux pour ma part, pas de crevasse mais ma fille me pincer à cause de sa mâchoire trop serré … un osteo est venu à la maternité et hop tout à roulé sur des roulettes ! Et nous voilà à presque 11mois d’allaitement ! 😍 diversifiée mais toujours des tétées ! À bientôt

    J'aime

  2. 12 mois avec embouts de seins. C’est pas facile et je te conseillerais de les enlever le plus vite possible. Mais ça se fait quand même… bientôt 10 mois avec bb3 et ça se passe tellement bien que je ne me voit pas arrêter avant un bon moment…
    Merci pour la petite dédicace, ça m’touche!
    Accroche toi, et vie ces moments pleinement!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s